CHAMANISME

Le Chamanisme

Le mot chaman est issu de la langue des Toungouses, un peuple de Sibérie orientale. La racine Sam ou cham signifie « s’agiter en remuant les membres postérieurs ». Il signifie aussi « danser, bondir » qui est une des manifestations de la transe.
Le chamanisme est pratiqué dans le monde entier : il se manifeste sous différentes formes selon les peuples mais toujours il implique une vision globale de l’univers et des mondes qui le composent.
Le chamanisme permet de donner du sens aux évènements et d’agir sur eux. Ce nest pas un divertissement d’humains en mal de sensations et d’effets spéciaux mais une voie d’éveil.

Être avant tout guérisseur

Par la maîtrise de ses états de conscience, le chamane (homme ou femme) parcourt les mondes non-manifestés. Il fait alliance avec les esprits de la nature dans un total respect de l’environnement et engage son activité curative pour le bien de tous les êtres.
Selon les termes de l’hawaïen Serge Kahili King : « Le chaman plonge dans la vie avec tout son esprit, tous ses sens et y joue un rôle de co-créateur ».
Il est par vocation et par fonction, un guérisseur : « guérisseur des relations entre le corps et l’âme, entre les personnes, entre les êtres et les circonstances, entre les humains et la nature, entre l’esprit et la matière. »
Dans cette perspective, le chamane, canal entre terre et ciel, entre les forces telluriques et cosmiques, déploie ses antennes pour écouter la voix du Grand Mystère. Dans un esprit de paix, d’amour et d’unité. Cela le différencie du sorcier qui poursuit une quête strictement personnelle de pouvoir et de connaissance.
Pour communiquer avec les esprits alliés qui l’aident dans sa tâche, le ou la chamane entre en transe grâce à des rituels spécifiques. Il voyage souvent grâce aux sons pénétrants des chants, hochets, battements du tambour ou autre instrument de son choix.

Le Chamanisme au quotidien

Les chamanes d’aujourd’hui peuvent aussi bien œuvrer en pleine forêt que dans un milieu urbain où les habitants sont souvent coupés de leurs racines.

 » Pour moi, le chamanisme se vit au quotidien dans la simplicité d’une relation intime aux éléments et à la Vérité que tout être recèle au plus profond de lui-même.  »

 » Mon but est de révéler la force de vie des personnes qui me côtoient, ainsi que mon expérience née de longues années de recherches, expérimentations, d’une quête intérieure vibrante, de doutes, de questionnements, de souffrances, d’extases, de fous-rires, avec finalement cette évidence :  au-delà des épreuves, j’ai toujours été guidée dans ma vie par des entités bienveillantes, manifestations du grand SOI, qui m’ont amenée à considérer de façon positive toutes les facettes de mon être et à comprendre ce que je suis venue faire sur cette terre.

Je crois que beaucoup d’humains manquent de perspectives sur leur vie car ils nen connaissent pas le but ; en conséquence, ils ne posent pas les actes qui leur seraient bénéfiques.

Il est important d’être à l’écoute de son âme qui, elle, cherche toujours à nous faire grandir en conscience. D’être aussi à l’écoute des signaux du corps si révélateurs ainsi que des signes et synchronicités que nous envoi constamment l’Univers.  »

Transe-Heureuse

Dans son approche symbiotique des différents règnes (minéral, végétal, animal, humain), le chamanisme permet de se sentir relié à l’ensemble de la création et d’y trouver sa juste place.
C’est pourquoi je propose dans mon travail des ateliers consacrés à chacun des élements -feu, eau, air, terre- des méditations et des cercle-médecine où se conjuguent le pouvoir des pierres (cailloux offerts par la nature, cristaux, pierres semi-précieuses), des plantes et des fleurs, des parures animales, des prières et des chants.
La prière du coeœur, l’invocation des forces cosmiques, la maîtrise du souffle, sont des composantes essentielles de mon approche spirituelle ainsi que la transe-danse.
Aux rythmes du tambour, j’appelle les bénédictions d’entités chamaniques protectrices qui permettent aux personnes de se recentrer, de faire la paix à l’intérieur d’elles-mêmes et de ressentir leur propre créativité.
Parmi mes guides se manifestent des esprits ancestraux (souvent d’origine amérindienne) qui transmettent leur énergie lumineuse et des sons équilibrant polarités positive et négative, masculine et féminine, puissance et douceur.
Les séances se déroulent dans la présence à soi et aux autres, une concentration qui n’exclut pas la joie, la danse, l’expression des corps. La transe-heureuse permet, tout en ayant ses racines bien implantées au sol, de s’élever vers les plus hautes dimensions, d’en revenir aussi comblé de gratitude et de confiance.

La Sweat Lodge

Pour les personnes désireuses de se purifier, se libérer de tel ou tel sentiment négatif, d’une émotion paralysante, ou tout simplement de s’abandonner dans la matrice de terre-mère, je conduis des sweat-lodge (huttes de sudation) avec ma sensibilité féminine, suivant un rituel d’inspiration sioux lakota (inipi) et l’énergie du groupe en présence.
Une cérémonie ne ressemble jamais à une autre. Elle a pour but de libérer les pores et d’ouvrir les portes des mondes subtils, de prier pour tous les êtres, de renaître.
Après un rituel autour du feu situé à l’extérieur de la hutte, les pierres volcaniques incandescentes sont apportées au cœur de la structure ronde qui abrite les participants disposés en cercle. L’eau versée sur les pierres devenues « tunkan » (sacrées) provoquent une intense vapeur, le souffle du grand-père qui vient soigner chacun dans ses cellules.
L’initipi (le lieu où l’on sue) est la demeure du souffle vital où s’opère une transmutation physique, émotionnelle, mentale et spirituelle.
Selon Anne Pazzogna, auteur de l’excellent ouvrage « Inipi, le souffle de la terre », la hutte à sudation est pour celui qui veut voir et entendre, « un pas de plus vers sa propre évolution « .
«  Je propose des cérémonies à la lune croissante et à la pleine lune sur une journée et soirée ainsi que des stages de ressourcement de plusieurs jours qui permettent une plus forte connexion aux éléments et une préparation à la très belle cérémonie de l’inipi. Les sessions sont souvent mixtes et je propose aussi des rencontres exclusivement réservées aux femmes, dans la célébration de la déesse-mère et de la sororité. »